Accueil » Information nom de domaine

Interview David Chelly de domaine1.fr

4 août 2009 791 vues Aucun commentaire

Interview de David Chelly éditeur de domaine1.fr site d’information sur le domaining

  • Peux tu, pour ceux qui ne connaissent pas ces termes, nous donner ta définition de domaining et domaineur ?

Je dirais que le domaining consiste à investir dans les noms de domaine, que ça soit en enregistrant des noms disponibles en ou les achetant sur le second marché. L’objectif est d’en retirer des revenus ou une plus-value. Pour ce faire, le domaineur peut choisir de placer les noms en parking, de développer des sites, de contacter des acheteurs potentiels ou de simplement attendre que des offres lui parviennent.

  • Tu travailles depuis plusieurs années dans le domaining, peux tu nous en dire plus sur ton activité et ton parcours ?

J’ai exercé pendant une petite dizaine d’années une activité de consultant et d’enseignant spécialisé dans les affaires en Europe de l’Est, avec en support de communication principal, le site internet centreurope.org. Durant l’été 2005, j’ai profité d’un peu de temps libre pour faire quelques tests de monétisation en utilisant mes différents sites. Les résultats ont été concluants et j’ai sauté sur l’occasion pour laisser définitivement le pantalon, la chemise et la cravate au placard et me consacrer au web. Ma principale stratégie était de racheter des sites ou des domaines et d’essayer de mieux les monétiser.

  • Tous ceux qui te connaissent dans le milieu des noms de domaine te décrivent comme un « passionné du domaining », peux tu nous dire d’ou t’es venu cette passion ?
photo de david chelly domaine1.fr

photo de david chelly domaine1.fr

C’est sympa, merci ! Mon déclic pour les domaines est intervenu lorsque j’ai pris connaissance de la vente d’AlternativeEnergy.com pour un peu plus de $50k, soit davantage que tous les sites que j’avais achetés jusque lors. J’étais à cette époque obnubilé par Google et la rentabilité à court terme et je ne pouvais pas comprendre pourquoi ce nom de domaine qui ne me parlait absolument pas pouvait valoir autant d’argent.
J’ai petit à petit entrevu les différentes facettes et enjeux du domaining, qui est rapidement devenu une passion.

  • Il y a des transactions de noms de domaine qui font rêver tous les domaineurs, des ventes a plusieurs millions de dollars, qu’en penses tu ?

C’est stimulant de penser qu’un jour, une bonne idée ou un coup de chance pourra nous rendre riche. Mais même si en toute probabilité, cette vente ne nous arrivera jamais, il est toutefois permis d’espérer de jolies plus-values.

  • De nouvelles extensions sont sur le marché des domaines et d’autres vont y arriver, comme le .ASIA et le .ME. Que penses tu de ces extensions au niveau du domaining ?

Je crois qu’il faut accepter le changement, qui est dans la nature même de l’internet.
Les domaineurs historiques vous diront que ces extensions sont des gadgets et ça les arrange bien.
Le .asia me semble être une des extensions les plus prometteuses qui soient car elle est évocatrice et concerne la région la plus dynamique économiquement du monde. Peu importe si les domaineurs aiment ou non le .asia, les noms de domaine ont vocation à servir aux utilisateurs finaux et non pas aux domaineurs. Que ça soit pour créer des sites d’information en complément d’un site corporate, pour lancer des campagnes de communication ou pour acheter du trafic, je ne vois rien de mieux pour les acteurs économiques orientés vers l’Asie qu’une extension en .asia. Quel nom faut-il preférer entre tourismeasie.com et tourisme.asia ? Entre logistiqueasie.com et logistique.asia ?
Pour le .me, je ne me suis pas vraiment penché sur la question, car je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de potentiel sur le marché francophone. J’attendrais plutôt de voir ce que va donner le .me en anglais, et dans le cas où une tendance forte se dessine, essaie de reproduire ce qui a bien marché avec des domaines en français.

  • Nous voyons de plus en plus de personnes se lancer dans le domaining, quel est ton avis ?

Je suis convaincu que le domaining est l’une des activités les plus prometteuses de l’internet. Et ceux qui pensent qu’il est trop tard pour démarrer se trompent, le marché est quasi-vierge et les perspectives sont excellentes. Par contre, il s’agit d’une activité relativement technique et qui nécessite des connaissances assez variées et surtout d’accumuler de l’expérience.

  • Justement quels conseils donnerais tu à ces nouveaux domaineurs ?

Le premier risque à éviter est de s’enthousiasmer trop rapidement et d’investir massivement dans l’enregistrement de noms.
Il faut une grande patience et plutôt que d’espérer décrocher le gros lot, mieux vaut viser dans un premier temps de ne pas perdre d’argent, en se limitant à de toutes petites transactions. Pour bien faire, il faudrait avoir un projet pour chaque nom que l’on enregistre ou que l’on achète.
Je ne connais personne qui soit arrivé sur le marché et qui ait pu s’imposer immédiatement comme un acteur majeur. Ce n’est pas tellement une question de budget, mais plutôt de familiarisation avec le marché, car c’est avec l’expérience que l’on capitalise le plus.
Après quelques mois, on peut espérer dégager des revenus. Mais l’avantage majeur du secteur est que le temps travaille pour les domaineurs car, pour des raisons propres aux caractéristiques du marché, un portefeuille ne peut que se bonifier avec le temps. Et surtout, on découvre progressivement de nouveaux outils et de nouvelles stratégies d’arbitrages.
Pour continuer à progresser, il faut accepter de vendre dès qu’une offre raisonnable se présente, non pas seulement pour la rentrée d’argent qu’elle procure, mais car ce sont les ventes qui permettent de rester au contact de la réalité du terrain et, assez souvent, de tisser des partenariats.

Captain Names : Merci David d’avoir accordé un peu de ton temps afin de partager ces informations à nos visiteurs.

Réponse de David Chelly : C’est moi qui te remercie. Et je voudrais te féliciter pour ton site, qui est très pro. Je suis très optimiste sur le secteur des domaines en général pour des raisons de fond, tenant à certains caractéristiques du marché. Mais je suis encore plus optimiste sur le marché francophone lorsque je vois arriver des nouveaux acteurs comme toi avec à la fois des compétences pointues et un excellent état d’esprit. Le domaining francophone avait besoin d’un renouveau pour évoluer et je pense que nous sommes en train de rattraper notre retard sur nos voisins espagnols, allemands et anglais.

  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • Scoopeo
  • Twitter
  • Wikio FR
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • StumbleUpon
  • FriendFeed
  • Netvibes
  • Twitthis
  • Technorati

Les commentaires sont fermés.